Qualité de vie au travail (QVT) : indicateur de prévention des risques

qualité de vie au travail

Inscrite dans la loi Rebsamen du 17 août 2015, la qualité de vie au travail a pour but de reconnaître l’engagement des salariés au travail et à le soutenir.

Cette logique doit permettre au salarié d’exercer son métier dans de bonnes conditions en tenant compte des facteurs de pénibilité qu’il est susceptible de rencontrer. Temps de travail, stress, égalité professionnel… Ce sont autant de sujets qui sont au centre des débats lors des négociations d’accords entre les différents acteurs. De plus en plus d’entreprises intègre la QVT comme un indicateur de prévention des risques professionnels et de plus en plus comme outil d’optimisation de productivité et de compétitivité. Mais comment évaluer la QVT dans votre entreprise ?

Définir la qualité de vie au travail

En juin 2013, L’Accord National Interprofessionnel sur l’égalité professionnelle et la qualité de vie au travail (ANI) a définit la notion de QVT comme étant « les conditions dans lesquelles les salariés exercent leur travail, et leur capacité à s’exprimer et à agir sur le contenu de celui-ci, déterminent la perception de la qualité de vie au travail qui en résulte. »

Cette nouvelle vision séduit aujourd’hui de plus en plus d’entreprises car elle s’articule autour du bien être des salariés. Pour ce faire il faut être attentif aux conditions de travail mais pas seulement. L’environnement de travail, les relations de travail et le climat social sont tout aussi important. Il est impératif que le dialogue social s’ouvre et que les décisions soient prises unanimement, autant par les salariés que par leurs dirigeants. Une organisation de travail est bien sûr à prévoir sans quoi il sera difficile de faire ressortir les axes d’amélioration.

Évaluer la qualité de vie au travail

Pour commencer vous pouvez utiliser des données déjà existantes (taux d’absentéisme, politique de gestion des risques…) pour obtenir un premier bilan quantitatif et qualitatif de la Qualité de vie au travail dans votre entreprise. Pour obtenir un résultat optimal il faudra comparer la réalité des faits avec la perception qu’on vos salariés de leur environnement de travail.
L’objectif final est de déterminer la pertinence des propositions qui auront été à l’origine de cette étude. En cas d’échec ce travail ne sera pas vain car il y a de fortes chances qu’il fasse ressortir de nouvelles idées propices à la réflexion.

Il est préférable dans un premier temps de sélectionner un petit groupe de travail plutôt que de vouloir généraliser cette étude à toute l’entreprise.

Pour vous aider, l’ANI prévoit que « les branches mettront à disposition des entreprises, des salariés et de leurs représentants, des informations sur la méthodologie de la négociation sur la qualité de vie au travail. Elles pourront établir une liste d’indicateurs qualité de vie au travail-égalité professionnelle – dont les entreprises s’inspireront et mener des expérimentations visant à permettre l’expression directe des salariés sur leur travail, dont les résultats seront diffusés auprès des entreprises. »

Parfois vous obtiendrez rapidement les résultats escomptés alors que pour d’autres il faudra plus de temps pour affiner et interpréter les résultats obtenus.

N’oubliez pas que le dialogue est gage de réussite et que chacun a sa place pour participer à l’amélioration de la QVT. La performance de votre entreprise a tout à y gagner !